Auparavant, les utilisateurs se fiaient à la puissance affichée pour choisir un aspirateur. Actuellement il ne s’agit plus du critère essentiel d’achat. Ils se réfèrent désormais à de nombreuses informations incluant non seulement l’efficacité énergétique, la dépression, le débit d’aspiration d’air ou encore la consommation… Ceux-ci sont en principe mentionnés sur l’aspirateur ou dans la notice utilisateur. Pour les néophytes, ci-contre tout ce qu’il faut connaître sur les étiquettes énergétiques collées sur ses appareils incontournables pour faire le ménage. Ils permettent de choisir le modèle répondant à nos exigences.

Connaître la puissance utile de l’aspirateur 

La puissance utile est celle affichée par l’aspirateur une fois utilisé. Elle détermine la véritable quantité d’énergie nécessaire lorsque le moteur commence à aspirer la poussière et non la puissance électrique nécessaire pour faire fonctionner l’appareil. Souvent, les fabricants n’indiquent que cette dernière. Aussi les acheteurs sont souvent induits en erreur. Il est tout à fait possible que l’aspirateur demande une puissance énergétique de 700 watts, mais qui en fin de compte n’arrive pas à aspirer correctement la poussière ou les saletés dues à une très grosse perte d’énergie.  C’est généralement le cas de modèles d’entrée de gamme. Actuellement les étiquettes énergétiques des modèles d’Aspirateur Dyson comme ceux des autres grandes marques, indiquent aussi bien la puissance électrique consommée par ces appareils que la puissance utile. Il est donc facile de calculer les pertes d’énergies. L’idéal sera toujours d’opter pour un appareil puissant de 750 watts pour une puissance utile de 400 watts. 

Déterminer la dépression de l’aspirateur  

Autre mesure de la performance d’un aspirateur, la dépression se définit comme sa capacité à lever puis aspirer les saletés et la poussière. Son fonctionnement est simple. Le moteur à l’intérieur de l’aspirateur, lorsqu’il commence à tourner, abaisse considérablement la pression à l’intérieur de ce dernier (d’où on parle de « dépression »). Aussi tout ce qui se trouve à proximité du suceur à tapis sera alors aspiré par la pression. Cette capacité d’aspiration se calcule et s’exprime en kilo Pascal (kPa). 1 kPa équivaut à 10g/cm2. Le modèle idéal propose en général une dépression avoisinant les 30 à 40 kPa. Pour comparaison, la pression dans une pièce se situe à environ 100 kPa. 

Autres indicateurs importants 

En dehors de ces trois indicateurs, il est aussi possible de choisir le bon aspirateur en fonction des indices suivants. Sur chaque modèle en général est collée une étiquette contenant ces derniers. 

  • L’efficacité énergétique : suivant la mise en vigueur de la réglementation européenne, les concepteurs d’aspirateur doivent mentionner sur leur modèle l’efficacité énergétique. Celle-ci est notée en lettre de « A » (pour les plus performants) à « G » (pour les moins performants qui consomment pourtant beaucoup d’énergie). 
  • La capacité de filtration : notée aussi de « A » à « G », celle-ci détermine la qualité de filtre. Les modèles méritant un A prévoient en principe des filtres de nouvelle génération HEPA. 

La sonorité : indique le bruit en décibel de l’aspirateur lorsqu’il fonctionne. La plupart des modèles d’aspirateur sans fil ont un niveau sonore assez faible se situant dans les de 70 dB.